Plus value sur les valeurs immobilières et mobilières

Définition plus-value

L’impôt sur la plus-value est un impôt dû en général lors de la vente de biens immobiliers ou de valeurs mobilières et droits sociaux. Cet impôt constitue une catégorie de l’impôt sur le revenu, mais n’intègre pas le barème progressif. En effet, un taux forfaitaire égal à 19% de la plus-value imposable s’applique, auquel il faut ajouter les prélèvements sociaux, à hauteur de 17,2%.

 L’imposition est donc de 36,2% de la plus-value pour 2018.

Mais il existe différents régimes exonérant d’impôt la plus-value réalisée lors de la vente.

En outre, une distinction existe entre les plus-values réalisées à titre particulier et les plus-values réalisées à titre professionnel, qui font l’objet d’un régime spécifique.

 

Plus-values immobilières

 

L’impôt sur les plus-values s’applique principalement en cas de vente d’un immeuble, mais aussi en cas d’échange, apport en société, partage de biens indivis n’entrant pas dans un cadre successoral  ou familial (exemples : entre époux, partenaires pacsés ou concubins).

Il n’y a pas d’imposition en cas de donation, succession.

Plus-values sur valeurs mobilières et droits sociaux

 

L’impôt sur les plus-values s’applique sur les ventes, apports, prêts et échanges :

  • De valeurs mobilières françaises et étrangères, cotées ou non,
  • Des droits d’usufruit et de nue-propriété portants sur ces valeurs mobilières,
  • De titres représentatifs de ces valeurs mobilières.

Publié dans Enseignement Financier

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :